l'expert en remontée d'humidité dans un mur en pisé, préconisation ! - un expert dans les maisons en pisé et humidité des murs

il est :
2002                          2021
Aller au contenu

L'humidité dans les murs et dans le pisé : pourquoi ?

l'expert conseille et préconise les traitements sur les remontées capillaires, l'humidité dans les murs en pisé, l'humidité se traite très bien et très simplement, il faut juste savoir pourquoi les murs sont humides, et comment se comporte le pisé et son environnement, intervention sur le rhône-alpes, l'isère, la Loire.



enfermer un mur en pisé, l'humidité se retrouve bloquée et moisie

Il ne faut jamais enfermer un mur en pisé, l'empêcher de respirer, l'empêcher d'avoir un bon échange air/eau, le faire moisir, ce transformer en salpêtre,
Pas de revêtement enduit ciment, ou "à base" de chaux pour la partie extérieure. Pas de peinture acrylique ou contenant des résines.


pour l’intérieur du bâtiment pisé ,
c'est le même besoin que pour l'extérieur, puisque notre mur en réalité mesure 50 cm d'épaisseur au minimum, Le mur a toujours besoin de respirer, encore plus puisque, depuis les pièces à vivre nous apportons encore plus de condensation et d'humidité.
Il doit y avoir un échange constant entre l’humidité du mur et l’atmosphère intérieure. l'isolation du pisé ah... ! il faut lire nos explications sur la fausse idée du besoin d'isolant sur un mur en pisé, et il faut éviter de le fragiliser de la maltraiter avec un isolant.

Un mur en pisé est obligatoirement réalisé sur un soubassement. Ce dernier doit impérativement dépasser du niveau du sol, voir notre cahier pisé. Ceci pour dire que les eaux de ruissellement, de condensat, n'humidifient pas le mur en pisé mais seulement la partie qui est dédié au traitement naturel de l'humidité.
Malheureusement souvent, au fil du temps, de mauvaises modifications sont apportées.

Pourquoi le pisé doit respirer

Ce qui est dangereux pour le bâti pisé, c'est sa non-perspirance des soubassements et de plus recouvert d'un matériau ayant des caractéristiques mécaniques qui empêchent le bâtiment d’avoir sa flexibilité naturelle,...


Des humidités relatives faibles (inférieures à environ 30 %) peuvent donner lieu à une gêne respiratoire et à une nuisance résultant des effets électrostatiques. Des humidités relatives élevées (supérieures à environ 70 %) entraînent un risque de condensation et de formation de moisissure sur des surfaces dont les températures sont proches ou inférieures à la température du point de rosée dans l'air
La contribution apportée par la ventilation (VMC) consiste à diminuer la teneur en humidité de l'air intérieur, par dilution avec l'air extérieur qui généralement possède une teneur en humidité absolue inférieure, et régénère en même temps l'air pollué intérieur.

Il est impératif de faire réaliser une étude préalable et sérieuse par un expert, afin de définir la cause des remontées d'humidité par capillarité.

L'expert qui est impartial, réalise une étude sans arrière-pensée commerciale, afin de définir la cause, c'est la seule façon de définir les travaux nécessaires.


faire réaliser une étude préalable et sérieuse, afin de conserver la santé du bâtiment et le confort des occupants, en évitant une note élevée de chauffage

Il faut savoir que les joints et les murs sont un terrain favorable à l'humidité et au développement de champignons et autres micro-organismes.


contact : 04 74 20 56 26

07/08/2021
Site réalisé par AICMO    pour expert-pise © 2002-2021 tous droits réservés
Dernière mise à jour
Retourner au contenu